London Œil

Sylviane Degunst


comments  
Dans la famille Paraskevopoulos, je voudrais le père.
Je n’avais rien demandé mais le soir, le papa de Panagiotis m’a remontée à Trisilio dans sa vieille Toyota bleu nuit. “6 pm! In front of the bank. Is it ok?" avait demandé le fils avant de poursuivre sa route en mobylette. "Perfect!" avais-je crié car il avait finalement allumé le moteur.
Le siège du passager avait été recouvert d’une serviette éponge blanc immaculé.
Le père est en bottes de caoutchouc noires, pantalon de jogging, tee-shirt, tous deux jaunis par le soleil. Il est aussi maigre et petit que le fils est grand et costaud. Ils sont cependant dotés de la même épaisse tignasse blanche. Le père lui, ne parle pas l’anglais ni moi le grec excepté “Efkharisto" dont j’use et abuse pour le remercier de faire le taxi.
La route est toujours en épingles à cheveux et le papa négocie aussi adroitement les virages en montant que son fils et moi les descendions le matin même en roue libre. Il cherche une station de radio qui pourrait nous plaire à tous les deux. Je remarque ses ongles courts et roses, parfaitement soignés, contrastant avec sa tenue de paysan. Le soir, il ramasse les œufs de ses poules, donne à boire aux quatre moutons, inspecte ses oliviers.
Lorsqu’il arrivait dans la montagne, habituellement plus tard, à la fraîche, et que nous étions entrain de dîner ou de bouquiner sur la terrasse, il s’arrêtait net à notre hauteur, dardait son regard noir perçant vers nous et demandait : “Good?”
“Very good!" répondions-nous comme un seul homme. Et il repartait content.

Dans la famille Paraskevopoulos, je voudrais le père.

Je n’avais rien demandé mais le soir, le papa de Panagiotis m’a remontée à Trisilio dans sa vieille Toyota bleu nuit. “6 pm! In front of the bank. Is it ok?" avait demandé le fils avant de poursuivre sa route en mobylette. "Perfect!" avais-je crié car il avait finalement allumé le moteur.

Le siège du passager avait été recouvert d’une serviette éponge blanc immaculé.

Le père est en bottes de caoutchouc noires, pantalon de jogging, tee-shirt, tous deux jaunis par le soleil. Il est aussi maigre et petit que le fils est grand et costaud. Ils sont cependant dotés de la même épaisse tignasse blanche. Le père lui, ne parle pas l’anglais ni moi le grec excepté “Efkharisto" dont j’use et abuse pour le remercier de faire le taxi.

La route est toujours en épingles à cheveux et le papa négocie aussi adroitement les virages en montant que son fils et moi les descendions le matin même en roue libre. Il cherche une station de radio qui pourrait nous plaire à tous les deux. Je remarque ses ongles courts et roses, parfaitement soignés, contrastant avec sa tenue de paysan. Le soir, il ramasse les œufs de ses poules, donne à boire aux quatre moutons, inspecte ses oliviers.

Lorsqu’il arrivait dans la montagne, habituellement plus tard, à la fraîche, et que nous étions entrain de dîner ou de bouquiner sur la terrasse, il s’arrêtait net à notre hauteur, dardait son regard noir perçant vers nous et demandait : “Good?

Very good!" répondions-nous comme un seul homme. Et il repartait content.

– Trust me ! crie Panagiotis pilotant sa vieille pétoire prudemment, I drive slowly !
Je ne sais où m’accrocher et n’ose lui enserrer les hanches de mes cuisses comme je le fais depuis trente ans avec l’homme mystérieux quand nous chevauchons notre destrier des temps modernes, la grosse Béhème.
J’ai trouvé des poignées sous la selle et me tiens les genoux à distance de son fessier. il est tôt le matin, la mer est d’huile, les cigales crissent faiblement, le vent n’est pas encore levé, les virages sont en épingles à cheveux. Une bonne dizaine en pente raide avant d’arriver au village.
Panagiotis a tenu à m’y accompagner. Inconcevable de me laisser faire du stop “You are under my responsability" déclare-t-il alors que l’homme a pris la route vers Patras pour attraper le ferry qui le mènera à Ancone.
Nous fendons l’air dans le silence clair de ce matin d’été à peine troublé par le sifflement doux de notre descente en deux roues.
Mon chauffeur n’a pas mis le moteur. Nous descendons en roue libre.
– It saves gazoil ! crie-t-il.
– Of course ! dis-je. Do you have good brakes ?
Car je préfère savoir comment je vais mourir. Sans casque, sans moteur et sans mon homme mais heureuse, légère. Sans autre joie que de se laisser glisser le long de cette splendide route de montagne qui nous conduit à la mer et nous voici déjà arrivés à Kardamyli.
C’était l’interlude du vendredi. En différé. D’une semaine only…

Trust me ! crie Panagiotis pilotant sa vieille pétoire prudemment, I drive slowly !

Je ne sais où m’accrocher et n’ose lui enserrer les hanches de mes cuisses comme je le fais depuis trente ans avec l’homme mystérieux quand nous chevauchons notre destrier des temps modernes, la grosse Béhème.

J’ai trouvé des poignées sous la selle et me tiens les genoux à distance de son fessier. il est tôt le matin, la mer est d’huile, les cigales crissent faiblement, le vent n’est pas encore levé, les virages sont en épingles à cheveux. Une bonne dizaine en pente raide avant d’arriver au village.

Panagiotis a tenu à m’y accompagner. Inconcevable de me laisser faire du stop “You are under my responsability" déclare-t-il alors que l’homme a pris la route vers Patras pour attraper le ferry qui le mènera à Ancone.

Nous fendons l’air dans le silence clair de ce matin d’été à peine troublé par le sifflement doux de notre descente en deux roues.

Mon chauffeur n’a pas mis le moteur. Nous descendons en roue libre.

It saves gazoil ! crie-t-il.

Of course ! dis-je. Do you have good brakes ?

Car je préfère savoir comment je vais mourir. Sans casque, sans moteur et sans mon homme mais heureuse, légère. Sans autre joie que de se laisser glisser le long de cette splendide route de montagne qui nous conduit à la mer et nous voici déjà arrivés à Kardamyli.

C’était l’interlude du vendredi. En différé. D’une semaine only…

– J’ai changé d’avis sur Cara Delevingne, me dit Zoé au petit-déj’. En fait, elle n’est pas si con que ça. J’ai vu une petite vidéo, prise par elle, où c’est elle qui prend le micro et elle interviewe les journalistes … backstage pendant un défilé. Eh ben, elle était plutôt marrante. Pas mal d’humour, très vive …
– Bonne nouvelle, fais-je étonnée.
"Très vive", je croyais surtout que c’était dû à la coke. Dont je ne doutais pas qu’elle en renifle jusqu’à ses épais et désormais très célèbres sourcils. Eyebrows. J’aime ce mot anglais.
– Moi, j’ai changé d’avis sur Kate Moss, dis-je. Nous avons des conversations matinales fines et lettrées ma fille et moi. Oui, j’ai lu une interview de Sam Shepard et à la question : “Qui inviteriez-vous pour une soirée de rêve ?”, il répond direct Kate Moss.
Air dubitatif de Zou.
– Et à la question : “qu’est-ce qui pourrait améliorer votre qualité de vie ?” il répond : “Kate Moss, peut-être.”
Mou de Zou.
– … Si si !
Et là, je sors ma dernière arme …
– Même qu’elle était pote avec Lucian Freud ! Il lui a tatoué une hirondelle sur le cul !
C’était l’interlude du vendredi.
Pictured : mon cher voisin Tag (John Tagholm, ex broadcaster – education, cooking –, now writer) supporting UNSEENUK (www.unseenuk.org) for his lovely daughter-in-law, Sarah.

– J’ai changé d’avis sur Cara Delevingne, me dit Zoé au petit-déj’. En fait, elle n’est pas si con que ça. J’ai vu une petite vidéo, prise par elle, où c’est elle qui prend le micro et elle interviewe les journalistes … backstage pendant un défilé. Eh ben, elle était plutôt marrante. Pas mal d’humour, très vive …

– Bonne nouvelle, fais-je étonnée.

"Très vive", je croyais surtout que c’était dû à la coke. Dont je ne doutais pas qu’elle en renifle jusqu’à ses épais et désormais très célèbres sourcils. Eyebrows. J’aime ce mot anglais.

– Moi, j’ai changé d’avis sur Kate Moss, dis-je. Nous avons des conversations matinales fines et lettrées ma fille et moi. Oui, j’ai lu une interview de Sam Shepard et à la question : “Qui inviteriez-vous pour une soirée de rêve ?”, il répond direct Kate Moss.

Air dubitatif de Zou.

– Et à la question : “qu’est-ce qui pourrait améliorer votre qualité de vie ?” il répond : “Kate Moss, peut-être.”

Mou de Zou.

– … Si si !

Et là, je sors ma dernière arme …

– Même qu’elle était pote avec Lucian Freud ! Il lui a tatoué une hirondelle sur le cul !

C’était l’interlude du vendredi.

Pictured : mon cher voisin Tag (John Tagholm, ex broadcaster – education, cooking –, now writer) supporting UNSEENUK (www.unseenuk.org) for his lovely daughter-in-law, Sarah.

Vivement les vacances !
Je suis obligée de noter ce que j’ai à faire pour ne rien oublier avant le départ puis je coche.
_ Writing exam. C’est fait. Je dirais même plus et modestement,  un triomphe !
_ Lettre à Peter, cadeau à Peter, lunch avec Peter et les classmates chez “Amici” sur Holloway Road. Moment tendre, joyeux mais tous un peu gênés aux entournures.
_ Re-enrolment à Finsbury Park. A y’est ! À partir de septembre, je rempile. Cette année, j’ai dégrossi, l’an prochain je cisèle.
_ Shooting Barclays. Shooté ! Une journée entière dans une très jolie maison design, à plusieurs niveaux, dans le quartier de Gipsy Hill. Ce que j’aime dans ce nouveau job de “prêter mon corps” c’est qu’il me fait découvrir des endroits dans lesquels je ne serais jamais allée et rencontrer des gens spéciaux. Mais tous les gens sont spéciaux. En revanche, le metteur en scène est Australien, porte sa tignasse blonde en chignon qu’il fait tenir avec une casquette sur laquelle est écrit : “shit, shit, shit” et parle un anglais sibyllin. Je ne le comprenais pas du tout mais je l’ai tenu immédiatement en haute estime car il aime Miles Davis et François Truffaut, en autres.
_Casting pour Specsavers. J’attends la réponse.
_ Litière du chat, faite. Aussitôt dévastée. Je ne sais pas pourquoi Bob éprouve, toujours, un besoin pressant (grosse commission évidemment) sitôt le sable changé. C’est terrible de ne pouvoir poser cet encombrant cat’s watercloset ailleurs que dans notre salle-de-bains. Passons.
_ Trouver du Caro, breuvage lyophilisé infecte (à base d’orge, de seigle et de Chicoré) que l’homme mystérieux prise beaucoup.
J’y vais !
C’était l’interlude du vendredi !

Vivement les vacances !

Je suis obligée de noter ce que j’ai à faire pour ne rien oublier avant le départ puis je coche.

_ Writing exam. C’est fait. Je dirais même plus et modestement,  un triomphe !

_ Lettre à Peter, cadeau à Peter, lunch avec Peter et les classmates chez “Amici” sur Holloway Road. Moment tendre, joyeux mais tous un peu gênés aux entournures.

_ Re-enrolment à Finsbury Park. A y’est ! À partir de septembre, je rempile. Cette année, j’ai dégrossi, l’an prochain je cisèle.

_ Shooting Barclays. Shooté ! Une journée entière dans une très jolie maison design, à plusieurs niveaux, dans le quartier de Gipsy Hill. Ce que j’aime dans ce nouveau job de “prêter mon corps” c’est qu’il me fait découvrir des endroits dans lesquels je ne serais jamais allée et rencontrer des gens spéciaux. Mais tous les gens sont spéciaux. En revanche, le metteur en scène est Australien, porte sa tignasse blonde en chignon qu’il fait tenir avec une casquette sur laquelle est écrit : “shit, shit, shit” et parle un anglais sibyllin. Je ne le comprenais pas du tout mais je l’ai tenu immédiatement en haute estime car il aime Miles Davis et François Truffaut, en autres.

_Casting pour Specsavers. J’attends la réponse.

_ Litière du chat, faite. Aussitôt dévastée. Je ne sais pas pourquoi Bob éprouve, toujours, un besoin pressant (grosse commission évidemment) sitôt le sable changé. C’est terrible de ne pouvoir poser cet encombrant cat’s watercloset ailleurs que dans notre salle-de-bains. Passons.

_ Trouver du Caro, breuvage lyophilisé infecte (à base d’orge, de seigle et de Chicoré) que l’homme mystérieux prise beaucoup.

J’y vais !

C’était l’interlude du vendredi !

Remise des prix !
Comme je l’ai résumé en franglais sur mon compte Instagram : Ex editor in Paris, now model in London, j’ouvre l’œil et raconte sur theglassfactory13.
La semaine dernière, j’ai posé dans un studio branché de Shoreditch pour le photographe Nick Dolding. Un portrait qui appartiendra désormais à l’agence Getty-Images. "Twist of irony" comme disent les Anglais car, dans ma vie d’avant, j’ai choisi et acheté bien des images chez Getty pour la maison d’édition dans laquelle je travaillais. J’appelais mon ami Arnaud pour négocier les prix car je ne sais pas faire et Eve, notre boss volcanique, voulait toujours faire baisser la douloureuse. C’est “normal”, même si ça n’a pas empêché la maison de sombrer hélas.
Poser m’amuse énormément. J’éprouve une attraction formidable pour la caméra, il n’en est pas de même pour le micro. Notre classe a été récompensée pour sa participation lors d’une cérémonie tout ce qu’il y a de plus officiel. Deniz a donc été récompensée pour son poème sur Mandela, qu’elle a lu, avec force, persuasion et calme, on stage*. Lecture suivie d’un tonnerre d’applaudissements et d’une enveloppe contenant quelques quid (£80 ! Not too bad, isn’t it?!). Puis Deniz s’est éclipsée avec son mari, venu pour la circonstance mais enchaînant son deuxième travail quotidien (ouvrier de jour, taxi de nuit)…
Je restais là, contente d’échanger avec Peter venu s’asseoir à mon côté, essayant de comprendre les blagues de Chris (le présentateur), écoutant attentivement les histoires personnelles de chacun des récompensés (d’aucun venu d’Ethiopie, dédiant leur prix à leur mère, morte, d’autre ayant repris le chemin de l’école à 79 ans et obtenu un Master …), entrecoupées de prestations musicales really enjoyable !
Quand soudain merdre, j’entends mon nom, Chris qui me regarde l’air goguenard et Peter qui me pousse du coude et me dis "Go on Sylviane! it’s your turn now, go on on stage, right now!". Je me suis rappelée ma dernière remise des prix. 6 ans, Mairie de Rosendaël, 1er Prix de lecture.
J’ai un peu titubé pour monter les marches, me suis cognée dans Chris, posé pour la photo et baragouiné quelques phrases à l’attention du public mais surtout de Peter. J’ai fait un salut vaguement japonais et terminé avec émotion et sincérité par :”Peter Kennedy, it was a privilege to meet you”.
Les Anglais sont très protocolaires et l’on peut penser que les prix sont ridicules. Ils ne le sont pas. Dans ma vie de 56 ans, j’ai eu quatre  professeurs formidables. Une au collège, un au lycée, deux à l’université. Peter est le cinquième. Il est LE professeur, dans toute l’excellence du mot.
Étant donné que ces cours d’anglais aux étrangers sont menacés (50 licenciements annoncés pour City&Islington College pourtant réputé as outstanding**), je trouve important que l’on célèbre l’Éducation. Grâce à Peter, j’ai pu exprimer relativement diplomatiquement ce midi au serveur qui me demandait comment était ma crêpe, s’étonnant que je n’aie pas fini mon assiette, que c’était un peu trop pour mon petit estomac. Elle était absolument dégueulasse. Et je n’aime pas faire de compliments.
C’était l’interlude du vendredi.
* sur l’estrade ** excellent (traduction pour maman)

Remise des prix !

Comme je l’ai résumé en franglais sur mon compte Instagram : Ex editor in Paris, now model in London, j’ouvre l’œil et raconte sur theglassfactory13.

La semaine dernière, j’ai posé dans un studio branché de Shoreditch pour le photographe Nick Dolding. Un portrait qui appartiendra désormais à l’agence Getty-Images. "Twist of irony" comme disent les Anglais car, dans ma vie d’avant, j’ai choisi et acheté bien des images chez Getty pour la maison d’édition dans laquelle je travaillais. J’appelais mon ami Arnaud pour négocier les prix car je ne sais pas faire et Eve, notre boss volcanique, voulait toujours faire baisser la douloureuse. C’est “normal”, même si ça n’a pas empêché la maison de sombrer hélas.

Poser m’amuse énormément. J’éprouve une attraction formidable pour la caméra, il n’en est pas de même pour le micro. Notre classe a été récompensée pour sa participation lors d’une cérémonie tout ce qu’il y a de plus officiel. Deniz a donc été récompensée pour son poème sur Mandela, qu’elle a lu, avec force, persuasion et calme, on stage*. Lecture suivie d’un tonnerre d’applaudissements et d’une enveloppe contenant quelques quid (£80 ! Not too bad, isn’t it?!). Puis Deniz s’est éclipsée avec son mari, venu pour la circonstance mais enchaînant son deuxième travail quotidien (ouvrier de jour, taxi de nuit)…

Je restais là, contente d’échanger avec Peter venu s’asseoir à mon côté, essayant de comprendre les blagues de Chris (le présentateur), écoutant attentivement les histoires personnelles de chacun des récompensés (d’aucun venu d’Ethiopie, dédiant leur prix à leur mère, morte, d’autre ayant repris le chemin de l’école à 79 ans et obtenu un Master …), entrecoupées de prestations musicales really enjoyable !

Quand soudain merdre, j’entends mon nom, Chris qui me regarde l’air goguenard et Peter qui me pousse du coude et me dis "Go on Sylviane! it’s your turn now, go on on stage, right now!". Je me suis rappelée ma dernière remise des prix. 6 ans, Mairie de Rosendaël, 1er Prix de lecture.

J’ai un peu titubé pour monter les marches, me suis cognée dans Chris, posé pour la photo et baragouiné quelques phrases à l’attention du public mais surtout de Peter. J’ai fait un salut vaguement japonais et terminé avec émotion et sincérité par :”Peter Kennedy, it was a privilege to meet you”.

Les Anglais sont très protocolaires et l’on peut penser que les prix sont ridicules. Ils ne le sont pas. Dans ma vie de 56 ans, j’ai eu quatre  professeurs formidables. Une au collège, un au lycée, deux à l’université. Peter est le cinquième. Il est LE professeur, dans toute l’excellence du mot.

Étant donné que ces cours d’anglais aux étrangers sont menacés (50 licenciements annoncés pour City&Islington College pourtant réputé as outstanding**), je trouve important que l’on célèbre l’Éducation. Grâce à Peter, j’ai pu exprimer relativement diplomatiquement ce midi au serveur qui me demandait comment était ma crêpe, s’étonnant que je n’aie pas fini mon assiette, que c’était un peu trop pour mon petit estomac. Elle était absolument dégueulasse. Et je n’aime pas faire de compliments.

C’était l’interlude du vendredi.

* sur l’estrade ** excellent (traduction pour maman)

Être ou ne pas être anglais

– C’est quoi pour vous être anglais ? a demandé Peter.

– Allez au pub le vendredi soir et boire des bières, a répondu Luali le Cubain en rigolant à moitié.

– Je ne vois pas de différence, a dit Bouchra la Marocaine, on est tous des êtres humains.

Deniz la Turquo-Belge n’avait pas d’idée ou ne voulait pas se prononcer ainsi que Suela l’Albanaise, Mekta l’Italienne, Diana la Colombienne et Maylia la Péruvienne.

– Fair play et amical, ai-je lancé sincère.

Comment puis-je avancer autre chose quand mes voisins anglais m’invitent au moins une fois par semaine à boire le café sur leur terrasse, gardent mon chat quand nous sommes en vacances, nous prêtent leur cottage en Cornouailles, nous font rencontrer leurs amis et leur famille au cours de dîners très chaleureux, décontractés et bien arrosés (mais je ne bois pas) où nous rigolons comme avec nos meilleurs copains.

Comment puis-je dire autre chose quand les caissières et les caissiers de Sainsbury’s, Tesco, Waitrose ou M&S m’appellent Sweet heart, Love, Darling ou Sweety ?

Comment puis-je penser autre chose quand à l’arrêt de bus, chacun respecte son ordre d’arrivée à la file indienne ?

– Arrogant ! a bravé Justina la Lithuanienne. Et puis, ils sont sympas devant vous mais disent du mal dans votre dos !

– Intelligents, a ajouté Jurgita sa cousine en rougissant.

– Fish&Ships, a rigolé Illaria, l’autre Italienne.

J’aurais voulu ajouter scones, clotted cream, lemon curd, short bread, chutney etc mais je voyais bien que Peter n’avait pas vraiment envie de plaisanter. Déjà, quand j’ai entonné “Have you seen de little piggies crawling in the dirt?" des Beatles, il a coupé court.

– Il faut revenir aux valeurs anglaises a annoncé fermement David Cameron le lendemain dans la presse.

La tolérance qui était une de leur valeur a soudain pris le nom de “laisser faire culturel” et ce multiculturalisme (nous sommes plus d’étrangers que de Londoniens à Londres) qui fait pourtant son attrait a selon ses mots échoué. Autrement dit : vous les immigrants (visant principalement les musulmans), faites comme on vous dit, sinon dehors.

Ambiance.

C’était l’interlude du vendredi.

Hier, Deniz m’a invitée à prendre le thé chez elle. Elle vit avec son mari dans la maison de ses beaux-parents qui, six mois de l’année retournent en Turquie, leur pays d’origine. Nous n’étions que toutes les deux et elle avait préparé des gâteaux délicieux, de la pastèque en petits morceaux, des ramequins de fruits secs et le thé à la turque.
Elle a 25 ans, ressemble à la Joconde, est arrivée de Kurdistan en Belgique à l’âge de 4 ans, a exercé le métier de prof de français pour étrangers à Bruxelles où elle vivait avec ses parents avant d’émigrer à Londres pour se marier. Comme dit Peter: “She has quite a story! Hasn’t she?”
Deniz a participé au concours d’écriture lancé par City&Islington College où nous étudions l’anglais. Sujet libre sur Mandela sur qui, personnellement, je me suis sentie INCAPABLE d’écrire. Deniz ne s’est pas laissée impressionner et a choisi de composer un poème sous forme d’acrostiche.
Peter s’est exclamé devant nous, et il ne cachait pas sa joie, que Deniz se plaçait immédiatement au top de son Panthéon personnel en acceptant d’écrire sur un de ses héros (notre vénéré professeur a été très engagé dans l’anti-apartheid). J’ai eu un pincement au cœur…
Non contente de s’attaquer à cette difficile tache, Deniz a gagné le concours. Elle a lu ses deux poèmes (oui, elle avait eu le culot d’en faire deux ! …) devant un parterre d’étudiants et de professeurs et elle a été applaudie puis récompensée (une lithographie originale de Madiba).
Pour son histoire personnelle et aussi pour ses poèmes, elle est la “rewarded student” de l’année. Elle a gagné ce prix de la meilleure étudiante 2013/2014 (assorti de £100). Dans un outstanding college comme le nôtre, ça n’est pas rien. Congratulations Deniz!
C’était l’interlude du vendredi.

Hier, Deniz m’a invitée à prendre le thé chez elle. Elle vit avec son mari dans la maison de ses beaux-parents qui, six mois de l’année retournent en Turquie, leur pays d’origine. Nous n’étions que toutes les deux et elle avait préparé des gâteaux délicieux, de la pastèque en petits morceaux, des ramequins de fruits secs et le thé à la turque.

Elle a 25 ans, ressemble à la Joconde, est arrivée de Kurdistan en Belgique à l’âge de 4 ans, a exercé le métier de prof de français pour étrangers à Bruxelles où elle vivait avec ses parents avant d’émigrer à Londres pour se marier. Comme dit Peter: “She has quite a story! Hasn’t she?”

Deniz a participé au concours d’écriture lancé par City&Islington College où nous étudions l’anglais. Sujet libre sur Mandela sur qui, personnellement, je me suis sentie INCAPABLE d’écrire. Deniz ne s’est pas laissée impressionner et a choisi de composer un poème sous forme d’acrostiche.

Peter s’est exclamé devant nous, et il ne cachait pas sa joie, que Deniz se plaçait immédiatement au top de son Panthéon personnel en acceptant d’écrire sur un de ses héros (notre vénéré professeur a été très engagé dans l’anti-apartheid). J’ai eu un pincement au cœur…

Non contente de s’attaquer à cette difficile tache, Deniz a gagné le concours. Elle a lu ses deux poèmes (oui, elle avait eu le culot d’en faire deux ! …) devant un parterre d’étudiants et de professeurs et elle a été applaudie puis récompensée (une lithographie originale de Madiba).

Pour son histoire personnelle et aussi pour ses poèmes, elle est la “rewarded student” de l’année. Elle a gagné ce prix de la meilleure étudiante 2013/2014 (assorti de £100). Dans un outstanding college comme le nôtre, ça n’est pas rien. Congratulations Deniz!

C’était l’interlude du vendredi.

Pas classe cette semaine. Youpi ! Je commence à traîner la patte lors de ma marche tri-hebdomadaire d’une heure le long d’Holloway Road. Pollution, circulation, succession de commerces et pubs sans charmes, rien pour contenter l’œil sauf le détour par les jardins de St-Mary-Magdelene qui soulage mes oreilles également.
Évidemment, avec un prof comme Peter, nous ne sommes jamais tout à fait free. En prévision du dernier examen de l’année, le writing exam, considéré comme le plus difficile, nous avons un devoir à rendre. Nous le savons depuis le début de ce deuxième semestre, les sujets de L1 FS (Level 1, functional skills)* sont à pleurer d’ennui. Comment se débarrasser d’une invasion de cafards ; organiser une sortie pour les pensionnaires d’une maison de retraite (en tenant compte que deux sont en chaise roulante et un troisième mal-voyant accompagné d’un chien) ou encore, choisir la meilleure assurance voyage.
"Très intéressant", a commenté sobrement l’homme mystérieux à la lecture de notre sujet pour lequel je n’avais pas le moindre embryon d’idée. C’est une histoire de bus mais ça n’est pas du Raymond Queneau ça non !
Le gouvernement fait pression sur le Council pour diminuer les subventions accordées aux plus de 60 ans sur leur transport en bus. Ils voyageaient gratuit, c’est fini. En revanche, les moins de 16 ans y sont toujours autorisés. Vous écrivez un billet d’humeur dans votre journal local. “Pfffff, mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir raconter ?!”
Je trouve normal que les jeunes ne payent pas le bus jusqu’à la fin de leur scolarité. Et puis, à 60 ans, est-ce qu’on est vieux ? On travaille encore que je sache ?! Non vraiment, je n’arrive pas à m’offusquer qu’au lieu de voyager à l’œil, les “vieux” doivent payer leur place. De quoi se plaindraient-ils, on leur propose une réduction de 50% ?!
"Tu pourrais te demander, commence lentement l’homme mystérieux, pourquoi on taxe toujours les moins privilégiés par exemple ? Les banques sont responsables de la crise non ? L’état leur a donné de l’argent non ? Elles ont toutes été sauvées oui ? Elles commencent à refaire du profit oui ? Eh bien elles n’ont qu’à rendre la monnaie et l’état sera en mesure de garder le train de vie des vieux tel quel. Il n’a qu’à taxer les plus riches !"
"C’est sûr, dis-je convaincue, mais les riches se barrent si on les taxe trop non ?"
L’homme m’a fait une disserte sur le bouquin de Thomas Piketti, Le Capital du XXIe siècle. À la lumière de ses explications, j’ai à peu près su quoi raconter dans mon billet d’humeur que j’ai titré :
Une taxe spéciale pour les conducteurs de Lamborghini, Maserati, Porsche et Ferrari ?
Ça sonne mieux en anglais, comme souvent.
*Comment se démerder dans la vie en anglais.

Pas classe cette semaine. Youpi ! Je commence à traîner la patte lors de ma marche tri-hebdomadaire d’une heure le long d’Holloway Road. Pollution, circulation, succession de commerces et pubs sans charmes, rien pour contenter l’œil sauf le détour par les jardins de St-Mary-Magdelene qui soulage mes oreilles également.

Évidemment, avec un prof comme Peter, nous ne sommes jamais tout à fait free. En prévision du dernier examen de l’année, le writing exam, considéré comme le plus difficile, nous avons un devoir à rendre. Nous le savons depuis le début de ce deuxième semestre, les sujets de L1 FS (Level 1, functional skills)* sont à pleurer d’ennui. Comment se débarrasser d’une invasion de cafards ; organiser une sortie pour les pensionnaires d’une maison de retraite (en tenant compte que deux sont en chaise roulante et un troisième mal-voyant accompagné d’un chien) ou encore, choisir la meilleure assurance voyage.

"Très intéressant", a commenté sobrement l’homme mystérieux à la lecture de notre sujet pour lequel je n’avais pas le moindre embryon d’idée. C’est une histoire de bus mais ça n’est pas du Raymond Queneau ça non !

Le gouvernement fait pression sur le Council pour diminuer les subventions accordées aux plus de 60 ans sur leur transport en bus. Ils voyageaient gratuit, c’est fini. En revanche, les moins de 16 ans y sont toujours autorisés. Vous écrivez un billet d’humeur dans votre journal local. “Pfffff, mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir raconter ?!”

Je trouve normal que les jeunes ne payent pas le bus jusqu’à la fin de leur scolarité. Et puis, à 60 ans, est-ce qu’on est vieux ? On travaille encore que je sache ?! Non vraiment, je n’arrive pas à m’offusquer qu’au lieu de voyager à l’œil, les “vieux” doivent payer leur place. De quoi se plaindraient-ils, on leur propose une réduction de 50% ?!

"Tu pourrais te demander, commence lentement l’homme mystérieux, pourquoi on taxe toujours les moins privilégiés par exemple ? Les banques sont responsables de la crise non ? L’état leur a donné de l’argent non ? Elles ont toutes été sauvées oui ? Elles commencent à refaire du profit oui ? Eh bien elles n’ont qu’à rendre la monnaie et l’état sera en mesure de garder le train de vie des vieux tel quel. Il n’a qu’à taxer les plus riches !"

"C’est sûr, dis-je convaincue, mais les riches se barrent si on les taxe trop non ?"

L’homme m’a fait une disserte sur le bouquin de Thomas Piketti, Le Capital du XXIe siècle. À la lumière de ses explications, j’ai à peu près su quoi raconter dans mon billet d’humeur que j’ai titré :

Une taxe spéciale pour les conducteurs de Lamborghini, Maserati, Porsche et Ferrari ?

Ça sonne mieux en anglais, comme souvent.

*Comment se démerder dans la vie en anglais.

De bon matin sur le chemin de l’école, au milieu du bruissement des enfants, un petit garçon en short, sandalettes et boucles d’or s’arrête net devant moi et me demande interloqué : “Est-ce que tu as perdu ton enfant ?!” car j’étais seule bien sûr.
"J’espère bien que non ! lui réponds-je. Mais tu sais, mon enfant est grande, elle a bientôt 22 ans." Sa maman éclate de rire et le tire gentiment par la main.
Comme quoi je ne fais pas mon grand âge, même aux yeux d’un petit garçon. Cheers !
C’était l’interlude du vendredi.

De bon matin sur le chemin de l’école, au milieu du bruissement des enfants, un petit garçon en short, sandalettes et boucles d’or s’arrête net devant moi et me demande interloqué : “Est-ce que tu as perdu ton enfant ?!” car j’étais seule bien sûr.

"J’espère bien que non ! lui réponds-je. Mais tu sais, mon enfant est grande, elle a bientôt 22 ans." Sa maman éclate de rire et le tire gentiment par la main.

Comme quoi je ne fais pas mon grand âge, même aux yeux d’un petit garçon. Cheers !

C’était l’interlude du vendredi.

Le matin, sur le chemin de l’école, je passe devant The Markess Tavern, un très joli pub à l’angle de Arran Walk et de Canonbury street. Je traverse la New River Walk en compagnie d’une ribambelle de mômes de 6 à 11 ans, traînant des pieds ou sautillant, seuls ou accompagnés de leur mère (encore exceptionnellement par le père) ou de leur nounou pour les plus jeunes, en bande chahuteuse pour les plus âgés. Ceux-là savent lire bien sûr.
Ben oui, je vais faire ma “chieuse” comme disait mon copain Tintin. Je sais bien que c’est une sorte de blague. De l’humour anglais. Mais rien à faire, je n’arrive pas à rigoler avec ces histoires de se “piquer la ruche*”.
La première fois que j’ai entendu “get drunk!”, c’était un vendredi soir à la fin d’un cours de pilates. Le prof nous a applaudis et remerciés (ça se fait ici) et a lancé haut et fort un triomphant “allez vous bourrez la gueule !” à supposer que je traduise correctement.
Je suis peut-être chochotte mais ça m’a terriblement choquée. Outre l’absurdité de transpirer une heure et demie pour entretenir sa plastique et courir la bousiller juste après avec des Bloody Mary, en quoi est-ce un plaisir de boire comme un trou ? C’est drôle de se retrouver le nez dans le caniveau à vomir ses bières (d’aucun n’ont pas cette retenue et préfèrent décorer les trottoirs) ? C’est fun de se réveiller avec la gueule bois ? Sans compter les dérapages physiques et/ou moraux  pouvant être fatals.
Je radote sur le sujet oui. Mais, c’est la seule tradition anglaise pour laquelle je manque totalement d’humour. À votre santé !
* Expression maternelle et solognote signifiant “se saouler”

Le matin, sur le chemin de l’école, je passe devant The Markess Tavern, un très joli pub à l’angle de Arran Walk et de Canonbury street. Je traverse la New River Walk en compagnie d’une ribambelle de mômes de 6 à 11 ans, traînant des pieds ou sautillant, seuls ou accompagnés de leur mère (encore exceptionnellement par le père) ou de leur nounou pour les plus jeunes, en bande chahuteuse pour les plus âgés. Ceux-là savent lire bien sûr.

Ben oui, je vais faire ma “chieuse” comme disait mon copain Tintin. Je sais bien que c’est une sorte de blague. De l’humour anglais. Mais rien à faire, je n’arrive pas à rigoler avec ces histoires de se “piquer la ruche*”.

La première fois que j’ai entendu “get drunk!”, c’était un vendredi soir à la fin d’un cours de pilates. Le prof nous a applaudis et remerciés (ça se fait ici) et a lancé haut et fort un triomphant “allez vous bourrez la gueule !” à supposer que je traduise correctement.

Je suis peut-être chochotte mais ça m’a terriblement choquée. Outre l’absurdité de transpirer une heure et demie pour entretenir sa plastique et courir la bousiller juste après avec des Bloody Mary, en quoi est-ce un plaisir de boire comme un trou ? C’est drôle de se retrouver le nez dans le caniveau à vomir ses bières (d’aucun n’ont pas cette retenue et préfèrent décorer les trottoirs) ? C’est fun de se réveiller avec la gueule bois ? Sans compter les dérapages physiques et/ou moraux  pouvant être fatals.

Je radote sur le sujet oui. Mais, c’est la seule tradition anglaise pour laquelle je manque totalement d’humour. À votre santé !

* Expression maternelle et solognote signifiant “se saouler”

Mes mains chez Madame Tussauld

image

Non non non, ça n’est pas parce que je défile en Dior pour Selfridges et pose en Sandro pour The Guardian que j’oublie mes devoirs d’anglais ! D’ailleurs Peter nous en distribue plutôt deux fois qu’une. Rythme et niveau de plus en plus soutenus. Les examens approchent.

Nous avons déjà passé “listening/responding” pour lequel il fallait imaginer lever des fonds en organisant une charity. Trois par trois, dans un temps limité, nous devions présenter chacun notre projet, en discuter ensemble puis choisir. Ensuite, en tête à tête avec Peter, qui jouait, très sérieusement, le directeur du collège, défendre son sujet. Tout comme dans la vraie vie : lieu, horaire, personnel, argent, publicité, organisation… Oh my godness ! J’étais autrement plus impressionnée de m’expliquer seule en anglais devant mon professeur pourtant bienveillant (mais tout de même armé d’un dictaphone et d’un carnet de notes) que de faire la pimbêche devant les photographes à Selfridges. Anyway, j’ai réussi. Restent, d’ici fin juin, le “reading exam” et, plus tricky, le “writing exam”.

En attendant ces réjouissances, aujourd’hui c’était repos aux ateliers de Merlin Magic Making. On a moulé mes mains, chacune deux fois (en cas de ratage), dans une position bien précise. Celles de la défunte personne publique (dont je dois taire le nom) sur la photo choisie pour “exécuter” son double au Musée de Madame Tussauld Singapoure.  Les trois hommes qui se sont occupés de moi pour réaliser ces moulages étaient charmants et je ne me suis pas privée d’en charmer un.  Sans bouger le petit doigt of course !

On a bien rigolé. À un moment, le “plâtre*” prend et vous pouvez, très doucement, commencer à décoller votre main en partant de l’avant-bras jusqu’au bout des doigts. Quand la dernière bulle d’air se dégage (cela crée la même sensation que celle de péter dans l’eau, j’adore !), vous tirez lentement, comme si vous enleviez un gant très résistant puis, récupérez votre main.

J’étais entourée des jambes d’Angelina Jolie, du buste de TIger Woods et du corps de Tom Hanks. Ils attendaient des peelings plus ou moins soft.

*matière faite à base d’algues qui, paraît-il, ne pollue pas, bien que non recyclable ?! Cela ressemble à la pâte bleue des dentistes pour empreinte de mâchoire.

Mes jours se suivent et ne se ressemblent pas. Aujourd’hui j’ai 55 ans et demain j’aurai 56. Hier j’ai passé sept heures au Bunker 4 pour The Guardian magazine. Une séance photo de mode qui a duré deux heures pour cinq de préparation… La styliste avait du mal à se décider. Stiletto pour Pam, robe Cos ? Maillot de bain Reiss for me, jupe cuir ? Jumper Topshop pour Brigitta ? Choisir trois tenues pour chacune de nous trois lui a pris la journée !
De gauche à droite, le coiffeur, le photographe, Pam et, sous son oreiller, la maquilleuse. La majeure partie de la journée s’est passée sur ce canapé, à bavarder, rigoler, envoyer des textos, instagramer, lire, boire des cafés, manger (haut de gamme : petit déj, lunch, goûter), siester, téléphoner, changer la musique.
Bizarre impression d’être payée à ne rien faire… sauf pendant la séance photos où soudain tout le monde s’agite ! Lisa vous refait l’œil, Ernesto vous asphyxie d’Elnett après vous avoir sculpté une boucle, Priscilla vous étrangle la taille avec une pince dans le dos et David shoot shoot shoot en vous intimant l’ordre d’inventer des poses, des mouvements, des expressions. Heureusement j’ai fait beaucoup de danse et regardé beaucoup de photos…
La semaine prochaine je ne devrai pas bouger d’un cil. Deux heures de pose. On reproduit mes mains pour le Musée de Madame Tussauld Singapoure. Elles iront retrouver le corps d’une femme publique, morte, dont je n’ai pas le droit de dire le nom. On m’a fait signer.

Mes jours se suivent et ne se ressemblent pas. Aujourd’hui j’ai 55 ans et demain j’aurai 56. Hier j’ai passé sept heures au Bunker 4 pour The Guardian magazine. Une séance photo de mode qui a duré deux heures pour cinq de préparation… La styliste avait du mal à se décider. Stiletto pour Pam, robe Cos ? Maillot de bain Reiss for me, jupe cuir ? Jumper Topshop pour Brigitta ? Choisir trois tenues pour chacune de nous trois lui a pris la journée !

De gauche à droite, le coiffeur, le photographe, Pam et, sous son oreiller, la maquilleuse. La majeure partie de la journée s’est passée sur ce canapé, à bavarder, rigoler, envoyer des textos, instagramer, lire, boire des cafés, manger (haut de gamme : petit déj, lunch, goûter), siester, téléphoner, changer la musique.

Bizarre impression d’être payée à ne rien faire… sauf pendant la séance photos où soudain tout le monde s’agite ! Lisa vous refait l’œil, Ernesto vous asphyxie d’Elnett après vous avoir sculpté une boucle, Priscilla vous étrangle la taille avec une pince dans le dos et David shoot shoot shoot en vous intimant l’ordre d’inventer des poses, des mouvements, des expressions. Heureusement j’ai fait beaucoup de danse et regardé beaucoup de photos…

La semaine prochaine je ne devrai pas bouger d’un cil. Deux heures de pose. On reproduit mes mains pour le Musée de Madame Tussauld Singapoure. Elles iront retrouver le corps d’une femme publique, morte, dont je n’ai pas le droit de dire le nom. On m’a fait signer.

L’interlude du vendredi en images

image

image

image

image

image

image

image

Extravaganza Show at Selfridges yesterday.

Make up, coiffure, manucure, dressing, lunch, coffee, last brief et c’est parti ! Dès la porte de notre ruche franchie, lâchées au troisième étage du prestigieux magasin, we are “in character”.

Je n’oublierai jamais la foule nous attendant au bas de l’escalator du rez-de-chaussé, ni la pyramide de photographes, ni le maître de Candi me passant délicatement sa laisse rose et perlée, ni nos premiers pas chaloupant sur la voix de Shirley Bassey envahissant le beauty departement, une haie de spectateurs ébahis de part et d’autre de notre procession bigarrée. Trois passages acclamés et applaudis tout au long de la soirée. The show must go on samedi après-midi.

Candy s’est très bien tenue (je craignais qu’elle ne fasse caca sur le sol pavé de marbre). Elle a l’habitude, contrairement à moi.

Les Temps Modernes… à Selfridges

image

Mon rêve de petite fille s’est réalisé. Je me suis laissée enfermer deux nuits de suite dans le grand magasin Selfridges sur Oxford Circus.

Je n’avais pas de patins à roulettes comme Charlot et sa copine mais, mes copains de jeu et moi avons passé deux fois quatre heures en répétition sur un Escalator en marche. La voix de Shirley Bassey grondant voluptueusement History Repeating dans tout Selfridges désert. Nous n’étions pas là pour rigoler, même si ce fut le cas, mais pour le travail. Un show somptueux se prépare pour deux jours de représentation. Moi qui n’ai jamais fait cela de ma vie, je jubile et rentre épuisée à point d’heure.

Cinq matures ladies dont moi, élégantes et supposées Parisiennes (je suis la seule “authentique” ces dames étant anglaises) déambulent au rayon beauté, prenant des poses glamour tous les huit pas, jouant de leurs mains gantées, de leurs cheveux laqués et de leurs yeux faits. Elles roulent des hanches, prises dans de splendides robes couture des années 50. Hier soir, je portais une robe noire Christian Dior… Fabuleuse. Qui sait si cela m’arrivera de nouveau ?

Trois d’entre nous promènent un poodle géant (caniche). Sheilah a hérité du noir, Joanna du rose et moi du blanc. Cette procession ultra féminine et chic est orchestrée par une chorégraphe époustouflante d’énergie  nous mimant les scènes, donnant de la voix et nous dévorant des yeux.  La procession est menée par un très joli groom et un chauffeur portant nos achats coûteux la clôture. Les boîtes en cartons sont enrubannées Selfridges of course !

Avant d’en arriver là (le rayon beauté se trouve au rez-de-chaussée), nous venons du ciel, enfin du troisième étage, freezed dans nos poses glam’ de sophisticated ladies. Changement de pose à chaque escalator. “J’aime beaucoup la façon dont tu prononces escalator me dit Sheilah, ex stratégiste financière, mannequin à plein temps depuis sa retraite, mais on dit : Eskletor”.

Le 1er et le 3 mai, le magasin sera bondé. Outre le groupe de Parisiennes, il y aura les Woodstocks (jeunes hippies), les Ravers (jeunes fêtards) et les danseuses africaines. Le choix de la BO est sensasss. J’ai hâte comme jamais !

"Attention Twiggy… " m’a écrit ma cousine.

Le tout est de ne pas se laisser enfermer. Au propre comme au figuré. N’est-il pas ?

Changement de régime

Dans le tube qui me conduit à Cockforsters, je remarque une publicité pour Hitachi Personal Finance. Gros plan sur la tête ahurie d’une autruche dardant sur les usagés ses gros yeux aux longs cils. Le portrait est accompagné de cette légende : “An ostrich can outrun a horse”.

Ces jours-ci, c’est moi l’autruche et j’ai tout sauf la tête dans le sable ! Je commence d’ailleurs cette journée dans les arbres, à faire le singe à GoApe, Trent Park. Une publicité pour … Motus et bouche cousue.

Je suis partie équipée d’un harnais, d’une poulie, de trois mousquetons, d’un preneur de son, d’un cameraman, de deux compagnons de route et d’un instructeur au sol, le ventre à l’envers pour cinq parcours dans les airs de 9m à 16m.  J’ai cru renoncer vingt fois et suis arrivée les jambes flageolantes à la fin du parcours numéro 3 où, pendue à une tyrolienne, les pieds posés sur un skate, je glissai à une vitesse non raisonnable, tenant une petite caméra Go Pro à bout de bras gauche, essayant de sourire. On ne m’y reprendra pas.

À l’image de cette glissade sensée me faire battre le cœur (le mien se serait plutôt arrêté), ma vie de model s’est considérablement accélérée ce mois-ci.  Trois castings débouchant sur trois jobs.

Le prochain est pour Selfridges, le grand magasin sur Oxford Circus. Je serai habillée de grandes marques, très prout prout ma chère, chignon, make up, talons. Je tiendrai en laisse deux poodles géants et me promènerai au rayon beauté, l’air pimbêche à mort, suivie par mon chauffeur tenant mes achats inconsidérés. Une pile de grandes boîtes en carton nouées de bolducs siglés.

Serai-je plus à l’aise perchée sur des talons de 10cm devant une foule de spectateurs que dans les arbres à 10 mètres du sol devant trois personnes ?